Catégories
Non classé

Évaluer un discours, mode d’emploi 

Toastmasters : évaluation de discoursPour aider les jeunes membres Toastmasters à être plus à l’aise avec l’évaluation de discours, cet article va tenter de démythifier cet exercice. En trois points :

  • Pourquoi évalue-t-on des discours chez Toastmasters ?
  • Comment se déroule une évaluation ?
  • Les éléments sur lesquels vous devez porter votre attention lors d’un discours.

Pourquoi évalue-t-on des discours ?

L’évaluation constitue l’exercice d’apprentissage le plus important de la méthode. Il permet de développer son attention et de s’entraîner à exprimer un point de vue devant un auditoire. C’est un exercice qui nous entraîne à être positif, constructif tout en faisant progresser les autres.  

Mais faire progresser les autres, comment cela se traduit-il ?   

  • Vous allez lui proposer des axes d’amélioration à l’orateur ; 
  • Vous augmentez la confiance de l’orateur, en évoquant ses points forts. Parler de confiance de soi n’est pas exagéré. Les commentaires positifs contribuent à la construction d’un cercle vertueux : ils encouragent l’épanouissement personnel, l’épanouissement personnel entretient la confiance en soi, une meilleure confiance en soi alimente l’épanouissement personnel. 

Un dernier point. Lorsque vous évaluez, vous exprimez vos impressions personnelles par rapport aux efforts livrés par l’orateur, à ses points forts, ses points à améliorer. Il y a une part subjective dans une évaluation, et c’est tout à fait normal.  Vous exprimez un point de vue. Vous n’avez donc pas de complexe à avoir si votre opinion diffère de celle d’un autre membre, expérimenté ou pas. 

Passons au déroulement de l’évaluation 

Une évaluation ne s’improvise pas, elle se prépare. Elle se prépare même en plusieurs étapes. 

Avant la réunion, vous contactez l’orateur :

  • Pour lui demander la fiche d’évaluation de son projet. Vous aurez ainsi accès aux objectifs du discours 
  • Pour lui demander sur quels points d’amélioration il souhaite que vous portiez votre attention 

Durant le discours,

  • Écoutez et observez attentivement, avec intérêt, quel que soit le sujet abordé. Ne laissez pas votre esprit vagabonder 
  • Il est conseillé évidemment de prendre des notes. Vous pouvez très bien prendre une feuille de papier et la diviser en deux colonnes. La première, consacrée aux points forts, la seconde aux axes d’amélioration.  

Vient ensuite l’évaluation

L’évaluation est un mini-discours. Elle doit être structurée : introduction, corps, conclusion. 

Dans l’introduction, commencez par une « phrase choc », dans laquelle vous dites tout le bien que vous pensez du discours. Puis vous rappelez les objectifs du discours.

Dans le corps de l’évaluation, vous vous appuyez sur vos notes. Mais attention, vous n’aurez pas le temps de tout dire. Concentrez-vous sur 2/3 points forts, et 1 ou 2 pistes d’amélioration. Concentrez-vous sur l’essentiel.  

En termes de plan, vous pouvez partir sur du classique : points forts, points à améliorer. Ou utiliser la méthode dite sandwich :  

  • Vous livrez une couche de points positifs 
  • Puis une suggestion d’amélioration 
  • Puis de nouveau un point positif 

En tout état de cause, quelle que soit la méthode, il y a une règle d’or : soyez sincère. Une chose vous a plu ? Dites-le à l’orateur. Une chose vous a déplu ? Dites-le lui également. Donnez-en les raisonsLa brosse à reluire n’est positive ni pour l’orateur, ni pour l’évaluateur.  

Lors de l’évaluation, il y a un principe : l’ORATEUR NE RÉPOND PAS A L’ÉVALUATEUR. Deux raisons à cela :

  • Pour ne pas alourdir la réunion
  • L’orateur se concentre sur ce que dit l’évaluateur. 

Quant à la conclusion de l’évaluation, vous devez donner envie à l’orateur de continuer. Les derniers mots serviront à l’encourager, à le galvaniser, à lui donner confiance. Et donc à l’inciter à se lancer dans un prochain discours. 

À l’issue de la réunion

Vous remettez la fiche d’évaluation à l’orateur et lui demandez s’il souhaite en discuter avec vous. Assurez-vous qu’il a bien compris vos propos.  

Les critères d’évaluation 

Vous évaluez un discours selon plusieurs critères :  

  • La préparation, c’est-à-dire tout le travail de recherche, d’organisation  
  • La valeur du discours. Est-il original, intéressant, pertinent ?  
  • Les objectifs du projet. L’orateur a-t-il répondu aux objectifs demandés ? 
  • L’introductionCapte-t-elle l’attentionPrésente-t-elle le sujet ? 
  • Le corps du discours. L’enchaînement des idées était-il logique ? Les arguments étaient-ils appuyés par des exemples ? Les transitions étaient-elles naturelles, faciles à suivre ? 
  • La conclusion. Est-elle efficace ?
  • La voix. Vous devrez être attentif au volume, à la variété, la prononciation, le débit…  
  • Le langage. Est-il adapté au sujet et à l’auditoire ? 
  • La tenue vestimentaire – hé oui, cela compte. Est-elle adaptée à l’occasion et à l’auditoire ?  
  • Le style. L’orateur est-il sûr de lui, assuré, sincère, enthousiaste ?
  • Les mouvements du corps. La gestuelle est-elle précise ? Est-elle adaptée ? 

Avant de conclure, il y a un point que je voudrais évoquer : le poids des mots. Les mots ont un sens. Vous devrez faire preuve d’empathie, de tact, d’humilité. Et donc employer des mots avec minutie. Voici quelques conseils :  

  • Personnaliser votre évaluation. Vous ne parlez pas au nom du club et de ses membres, mais en votre propre nom. Les membres peuvent très bien avoir une opinion différente de la vôtre. Dit autrement, n’employez pas le « nous » ou des formules neutres ou impersonnelles du type l’auditoire, les membres ou il faut. Au contraire, abusez du je…  Soyez « égocentrique » ;
  • Dans le même ordre d’idées, employez des mots qui expriment vos impressions personnelles : je te suggère, j’ai senti que, il m’a semblé que… ;
  • Assumer vos remarques. Vous avez un point de vue, ne le dévalorisez pas ;
  • Ne répétez pas les mêmes remarques durant l’évaluation. Cela pourrait être mal interprété par l’orateur. Vous dites une fois une remarque, cela suffit ;
  • Évitez les formulations catégoriques du type un bon leader ne fait jamais ou tu n’aurais pas dû dire ;
  • Évitez également les banalités, concentrez-vous sur l’aide que vous apportez à l’orateur.  
  • Durant toute l’évaluation, un point important. Gardez le sourire 🙂 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.